Quoi composter

Peut-on mettre les coques de noix et noyaux au compost ? Oui.

Le coques et noyaux, décomposition naturellement lente. 

Les coques et coquilles de noix, noisettes, pistaches, amandes et autres fruits à coques sont très dures, sèches et difficiles à décomposer par les microorganismes, donc nécessairement plus lente à se dégrader

C’est normal, car leurs enveloppes rigides enferment les graines des arbres à fruits qui seront consommés par les oiseaux et les animaux, lesquels contribueront à disperser les graines dans la nature plus ou moins loin de la plante mère. Ainsi le temps que la coque protectrice soit ramollie, fissurée ou ouverte, les graines à l’intérieur ne germeront pas avant le printemps suivant pour éviter aux jeunes plantes de devoir braver l’hiver et maximiser leur chance de survie. Merveille de mère nature, chaque fruit mûr joue un rôle bien étudié dans la reproduction et la dissémination des espèces végétales : les fruits sucrés ou caloriques sont mangés par les animaux, les fruits légers sont portés par le vent (samare d’érable, de frêne ou d’orme…), les fruits flotteurs sont véhiculés par l’eau (la noix de coco)...

Au sens botanique, le noyau ou la noix est l’enveloppe à l’intérieur du fruit qui contient les graines. Si cette paroi qui enveloppe la graine est dure, on parle de noyau. Sans cette paroi, la graine est un pépin. Ainsi la noix qui enveloppe le cerneau est un noyau, comme le noyau d’abricot qui renferme son amande, alors que le noyau de l’avocat est en réalité un pépin (il s’agit directement de la graine du fruit). L’avocat est donc une grosse baie (fruit sans noyau comme le raisin). 

Cette enveloppe protectrice qui constitue le noyau, appelée endocarpe, est constituée de lignine, un des principaux composants du bois après la cellulose et l’hémicellulose. La lignine offre une grande résistance à la biodégradation et une barrière contre les attaques de parasites. C’est pourquoi le bois est si robuste. Seuls certains décomposeurs comme les champignons peuvent dégrader la lignine, dont le champignon de la pourriture blanche.

 

Source : Kornelia und Hartmut Häfele, GNU Free Documentation License


Rigide, la coque de noix est matière sèche et structurante pour le compost. 

Riche en carbone, la lignine présente une structure chimique très stable, dégradable uniquement par des champignons qui ont un fort pouvoir de destruction fongique. Comme le bois, la lignine contenue dans les coques de noix et noyaux est source d’humus stable qui libère ses nutriments en se dégradant lentement dans le sol et alimente les plantes à long terme, à la différence de l’humus jeune, issu des matières fraîches azotées et fermentescibles, qui nourrit les plantes rapidement. 

Ainsi les coques et noyaux jouent le rôle de matière sèche dans le compost. De plus leur dégradation longue et leur rigidité permet de structurer et d’aérer le compost en créant des poches d’air sous les coques. Les petits noyaux (olive, cerise...) passeront inaperçus dans le compost alors que les plus gros (pêche, prune, mangue, avocat…) feront plusieurs cycles de compostage dans un composteur domestique ou un composteur collectif. C’est pourquoi certains composteurs partagés (40 à 80 foyers) demandent de les broyer pour faciliter leur décomposition, ou les refusent carrément, pour éviter un travail de tamisage trop fastidieux du compost en fin de cycle. 

Dans tous les cas ils ne posent donc aucun problème dans le compost, et encore moins dans un composteur de dimension plus importante (plateforme micro industrielle de compostage en tas, en bacs ou dans en composteur électromécanique). 

Peu de risque de voir pousser un arbre fruitier dans votre compost. 

Les graines ne sont pas détruites si le compost ne chauffe pas (plus de 50º). Certaines graines peuvent donc germer dans le compost, ou plus tard dans le sol lors de l'épandage du compost. Il est fréquent de voir une pousse de courge dans le compost, ou d’autres cucurbitaceés (melon, courgette, concombre…).

Concernant les noyaux, il faut que les conditions soient particulièrement propices (humidité, température, profondeur, luminosité…) pour les voire germer. Normalement à l'abri de la lumière, aucune plante ne peut pousser. Si le composteur a un couvercle, peu de chance de voir germer une graine dans le compost. 

Cependant il est rare que les jeunes pousses survivent dans le compost, bien trop riche pour les plantes. Le compost jeune ou pas encore mûr freine la germination des graines et le développement des racines. Si on laisse le compost bien mûrir, certains légumes exigeants en matière organique (tomate, poivron, courge…) peuvent pousser dans le compost mûr pur. Dans un compostage en tas par exemple, exposé à la lumière, certains auraient même vu un dattier sortir du compost (on demande à voir) !

Crédit : aiokr chen


Pas de crainte du noyer pour le compost. 

Le noyer contient un toxine (la juglone) présente dans ses feuilles, ses bourgeons, racines et aussi dans les coques de noix. Cette substance bloque la germination des plantes à proximité et perturbe leur croissance. C’est pourquoi il est déconseillé d'installer un potager ou un autre arbre fruitier trop proche d’un noyer ! 

Cependant, cette toxine sera rapidement détruite au contact de l’eau, de l’air et des microorganismes décomposeurs dans un composteur. 

Concernant les feuilles mortes de noyer, il est recommandé de les stocker quelques semaines pour attendre que la toxine s’élimine avant de les utiliser en paillis ou dans le compost. 

Autres usages des coques et noyaux 

Toutes les coquilles et coques de noix peuvent servir de paillage, à condition d’avoir des quantités suffisantes (avis aux grands amateurs de noix de Grenoble). 

Pour les noyaux, il est possible de s’en servir à la place des billes d’argile comme lit de drainage au fond du pot pour réaliser des semis. 

Dernière note spéciale sur l'avocat : sa culture est très consommatrice en eau (1000 litres d'eau pour 1 kg) et bien souvent synonyme de catastrophe écologique et sociale en Amérique du sud (déforestation, mafia...) ; il faut privilégier les avocats espagnols, et comme beaucoup de bonnes choses, limiter sa consommation !

Sources : 

Composts et paillis, Denis Pépin

Wikipédia.org

Sur le même thème